Boussole du Scout

fiches - orientation

Jeudi 18 janvier 4 18 /01 /Jan 22:41

Utiliser la boussole

 

 

Vous la connaissez maintenant !

 

 

 

Une_boussole_aujourd_hui

 

Par Belouga - Publié dans : fiches - orientation
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 14 octobre 6 14 /10 /Oct 10:54

Se situer dans l’espace

 

 Jusqu’à ce que la boussole parvienne en Occident, l’homme s’orientait grâce aux étoiles et plus particulièrement à l’étoile Polaire qui montre le nord. L’aiguille aimantée de la boussole indique le nord dans l’hémisphère nord et le sud dans l’hémisphère sud. Par la suite, les progrès de la topographie ont été liés à ceux des mathématiques et de l’astronomie. Alors que les Grecs dressent les premières cartes, mesurent avec une précision exceptionnelle pour l’époque la longueur du méridien terrestre et établissent que la terre est sphérique, il faudra attendre le douzième siècle de notre ère pour que ces découvertes soient reprises et que soit définitivement admis que la terre tourne autour du soleil et non l’inverse. Peu à peu, une cartographie précise va s’élaborer, avec des techniques telles que la triangulation. Elle est à la base des travaux modernes, recoupés maintenant par la photographie aérienne et les observations satellites.

 

S’orienter exige surtout du bon sens. La topographie c’est comme de l’orthographe : se poser les bonnes questions au bon moment. C’est être attentif au milieu que l’on suit, aux repères que l’on prend sur le terrain, au temps de parcours, etc…

 

Symboliquement, la terre a été quadrillée du pôle nord au pôle sud par des méridiens, et perpendiculairement à ceux-ci, par des parallèles. Le parallèle qui délimite l’hémisphère nord de l’hémisphère sud s’appelle l’équateur. Le méridien origine est celui qui passe par Greenwich (à quelques kilomètres du centre de Londres).


Les quatre points cardinaux, nord, est, sud, ouest, sont représentés sur la rose des vents.


Bien sûr, un chef scout, un éclaireur doit savoir s’orienter. Se perdre, c’est faire des kilomètres en plus… et quand le sac pèse ! Mais l’orientation concerne tout le monde : La petite famille va aux champignons ; elle tourne bien sûr un peu en rond. Il commence à faire sombre. Le bambin de 5 ans pleure… Impossible de retrouver la voiture… La nuit tombe…Et c’est le drame :-p !

La topographie dans l’histoire


Les progrès de la topographie sont liés à ceux de l’astronomie et ceux des mathématiques. Quelques grands noms d’anciens jalonnent cette histoire, connus de tous, car ils sont liés aujourd’hui à la désignation de postulats ou  théorèmes fondamentaux. Il aura pourtant fallu plus de quinze siècles pour que l’homme de l’Occident abandonne la conception de la terre, centre de l’univers, et admette également l’hypothèse qu’elle est sphérique. De quoi nous rendre modestes, en dépit de nos moyens actuels, scientifiques et technologiques !  



2000 ou 1000 avant JC : les Chinois inventent la boussole

 

700 avant JC : une plaquette d’argile, exposée au British Museum, représente la Mésopotamie. Babylone est au centre d’un disque terrestre plat.

 

600 avant JC : Thalès prédit une éclipse solaire. Aniximandre dresse la première carte de l’Oecumène (Terre connue). Il invente aussi la gnonomique, la science des cadrans solaires.

 

450 avant JC : Hérodote nie l’hypothèse du disque terrestre. Il considère que la terre a une forme inconnue. Pythagore émet l’idée d’une terre sphérique, sans en apporter la preuve.

 

350 avant JC : Archimède confirme les dires et les preuves d’Aristote.

 

200 avant JC : Erastothène mesure la longueur du méridien. Sa mesure de 39 700 km est très précise. On considère aujourd’hui que le méridien fait 40 009 km de long.

 

150 avant JC : Ptolémé invente la projection conique, celle qui sera reprise au 19ème siècle en France par Bonne et Lambert et qui reste le fonds de carte d’IGN. Ptolémé publie aussi un atlas de 27 cartes, dont une de la Gaule.

 

12ème siècle : El Idriss publie les travaux des Grecs qui avaient sombré dans l’oubli. Il dessine la première mappemonde.

 

13 et 14ème siècles : les Portulans (Portugais et Vénitiens), grâce à l’introduction de la boussole en Europe, dressent des guides de navigation. Leur expérience sera ensuite étendue au continent.

 

14ème siècle : Copernic rompt avec la conception géocentrique de la terre, c’est à dire qu’il remet en question l’hypothèse du soleil tournant autour de la terre. Il reprend également la thèse de la terre sphérique.

 

14ème siècle : Galilée poursuit les travaux de Copernic. Il est condamné par le tribunal de l’inquisition du saint Siège, non pour avoir réaffirmé que le terre était ronde, mais, que compte tenu de cette hypothèse, désormais vérifiée, la Bible, dénuée de tout fondement scientifique, ne peut refléter une quelconque réalité historique. L’Eglise catholique attendra 1992 pour le réhabiliter.        

 

16ème siècle : Kepler confirme les travaux de Copernic et Galilée. Gérard Kremer, dit Mercator, invente une projection qui porte son nom. Le Hollandais Snellius invente le procédé de la triangulation.

 

17ème siècle : L’abbé Picard met en œuvre le procédé de la triangulation. C’est le début de la production cartographique en France.

 

1750 : L’Académie des sciences française entreprend la couverture cartographique du territoire national en 160 feuilles au 1/86 400ème . C’est la carte Cassini qui servira de fonds aux travaux cartographiques ultérieurs. Le travail sera terminé en 1815.

 

1818 à 1864 : établissement sur la base du système conique de Bonne et d’une nouvelle méthode de triangulation, de la carte dite d’état-major, au 1/80000ème d’abord, puis au 1/50000ème.  C’est la carte Lambert.

 

1900 : Mise en chantier d’une nouvelle carte Lambert au 1/50000ème.

 

1927 : nouvelle édition de la carte Lambert.

 

1950 : Accord international sur la projection cylindrique, Universal Transverse Mercator, dit UTM.

 

1972 : nouvelle édition de la carte Lambert, dite type M, avec quadrillage UTM.

 

Années 1990 : l’Institut géographique national accélère les travaux de quadrillage UTM, y compris sur les cartes au 1/25000ème. Le carroyage Lambert est supprimé au rythme des rééditions de cartes, et ne subsistent plus sur celles-ci que les amorces (petites croix en abscisses et ordonnées tous les 5 km).




 

Aurochs horrifié !

 

Voici l’affaire 

 

Un chef d’une troupe d’un mouvement scout qui n’est pas le nôtre, trouvant que son étendard est un peu flétri, décide d’en commander un nouveau. Mais ses éclaireurs s’opposent à ce que la fleur de lys figure sur le nouveau drapeau.

 

Où est l’erreur… et surtout le manque de culture ?

 

On ne voit pas pourquoi, Lord Baden Powell, créateur du scoutisme, ancien officier de l’armée britannique, et surtout loyal sujet de sa gracieuse majesté, aurait choisi l’emblème de la monarchie française pour distinguer les scouts. Logique non !

 

En fait, au temps de la marine à voile, la pointe du compas qui indiquait le nord, était figurée par la pointe d’une fleur de lys.